Un bateau en feu près de Fréjus

Grosse frayeur ce lundi 30 juillet 2012. Les Sauveteurs en Mer de la SNSM dlEstérel sont intervenus in extremis pour sauver un couple et leurs deux enfants, prisonniers des flammes après l’incendie de leur vedette.
sauvetage-bateau-feu-snsm-esterel

Le 30 juillet 2012, en début d’après-midi, les Sauveteurs en Mer de la station SNSM de l'Estérel sont alertés par le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) La Garde, d'un départ de feu à bord d’une embarcation d’une quinzaine de mètres.

Aussitôt, la vedette SNS 246 de la station d’Estérel se rend sur place et trouve le bateau en flamme, au large de la Gaillarde, à Fréjus.

L’embarcation est facile à localiser, car une épaisse colonne de fumée noire s’en échappe, faisant craindre le pire pour ses passagers. Les bénévoles de l'Esterel tentent tout d’abord d’éteindre l’incendie (dont on ne connait pas l’origine) à l’aide de la moto-pompe de la vedette, mais la violence des flammes les oblige à reculer après plus d’une demi-heure d’effort. Le sauvetage est périlleux car le feu ne faiblit pas, et le risque d’explosion grandit.

Fort heureusement, la famille à bord, un couple d’Italiens en vacances et leurs deux enfants ont eu le temps de quitter leur embarcation et ont pu être récupérés par les nombreux plaisanciers naviguant à proximité.

Les passagers à l’abri, les Sauveteurs en Mer, aidés par les sapeurs-pompiers, tentent d’éteindre l’incendie du bateau sans succès : 2 h à peine après l’arrivée de la SNSM la vedette de location coule à pic, et disparaît dans les profondeurs. Le constatant, les bénévoles sécurisent la zone, irisent la surface pour brasser la pollution, et nettoient les débris, avant de rentrer au port.

Malgré leur intervention, les Sauveteurs en Mer n’ont pu empêcher la vedette de sombrer, mais la rapidité de leur intervention à tout de même permis de mettre à l’abri ses occupants. L’inexpérience des passagers et la présence de jeunes enfants à bord aurait pu transformer ce sauvetage en un triste fait divers, preuve qu’en mer, il ne faut jamais relâcher sa vigilance.